Frameworks are tools for monkeys not needed by fishes

TL; DR


Frameworks are scuba gears made for monkeys that love to climb the height of complication.
Some other kind of developers are like fishes that feel naturally at ease with swimming in the water of the problem at hand, without requiring frameworks.
Coders who can and prefer to swim and are infuriated at the absurdity of being a fish trapped in a scuba gear.
Prelude: I kind of refer to this quote mis-attributed to Einstein.

Once upon a time

 

People did write their code by reinventing the wheel and it was crap.

So people decides to mutualize their code and it was good.

When it was small pieces of code it was called library, when it was bigger it was called frameworks.

To be an honest liar nothing distinguishes a library from a framework except the name given to it.

Stuff like openSSL were called library by the idiots, but a crypto framework by others (that may have written libressl). OpenSSH use to rely on it for everything except opening ssl tunnel which was the use the monkeys were seeing it could do.

Industry/fashion soon decided that the difference between framework and libraries were the size and the «genericity of the bousin». Bousin is a norman word that is totally legit in en_UK.


Of monkeys and fishes


I strictly don't understand why but when the wise points the moon, the monkey look at the concept of the moon when the wise just point at the moon.

You see frameworks don't exist. And when people see them, they think they are complicated stuff. Don't blame them, they have been studying and passing exams.

Most educated yet idiots think a complex idea must be complicated.

So they want to prove better than others and climb the mountain of the problem as a monkey and be the king of the hill. Showing off basically.

If coders where musicians it would be the difference between the stupid one playing simple pentatonic because it is easy to learn and master and the other one making a religion of it.

What makes music sound great is not your virtuosity (playing like Steve Vai, Ingwie Malmsteem, Satriano) it is your musicality (BB king).

It is not how much complex concepts and how much notes per seconds you can play, it is music.

Virtuous coders/musicians are like monkey, they love heights. They don't understand music, but like nerds they want to prove they can handle complicated things.

Complex is a lot of simple things put up together making a stuff. Complicated is the same thing but with the idea some powder of it works by magic making the result immutable. Complication vs complexity is in the eye of the one watching.

A monkey will see the framework as a tree that makes you reach new height. The monkey will tell you : you don't have to understand just put yourself on the giant's shoulders. The fish is different : he swims in the turbid waters.

So monkeys love frameworks as ladders bringing him to new heights that have never been reached before, thinking you can grow trees on trees to make a way to reach higher height, thus the moon.

But sometimes, your problem are not higher. They are just about getting to the food for less effort in turbid water. Getting the job done.

Making a SPA (Single Page Application) is not about using react, angular, or WTF. It is about making a web page able to load states that are stored in a database (be it a filesystem, a RDBMS, a noSQL shit, or memory) and then make the HTML page reflect this state and give you way to change the state of the application inside a Finiste State Machine through calls.

The fish just remember that a ssh connection might do the job better, but his project manager want it to be a nice HTML web page, so he does whatever he is asked, because the one who pays is always right.

The monkey have read there is a framework for doing it, so he does not care. He tries to put all his use case inside the constraint of the holy framework. He knows the manager reads some papers so he does not question authority.

There is a difference between accepting your managers are stupid and embracing the stupidity of your management in order to keep your job.

The monkey climb the Everest of the stupidity to please management. The fish just try to do the job and eventually use frameworks.

But for a fish frameworks are no trees, they are just scuba gears: they let monkeys evolve in the turbid waters of programming. We all are blind in these waters.

Every frameworks are like an additional part of a scuba gear that makes you less agile as a fish, more encumbered with rigidity.

Does rigidity makes you agile when you already know the ways?

Not really. But you are judged by monkeys fearing water and wanting to be dry as a loveless cunt while diving. 

Computers are ugly, they are limited by ... science. e = mc² is everywhere.

Even the number of cycles required to access information is limited by the speed of light.

Monkey coders think that the limit of science will/are being broken by giants on which shoulders they stand. They name their giants with name like CAP, ACID, distributed/graphs database machine learning and they think that once they know the name of a problem the problem have been solved by pushing more frameworks to the problem.

The fish is stupid.

He just sees framework as constraints, scuba gears and think there must be way, but that putting a fish in scuba gear will not make him solve the problem and that monkeys are really not the most able animals for the job.


Can there be ethic coding nowadays?

I am a coder. I live in a state that recently took the direction of USA in terms of doing what Snowdens revealed: mass surveillance and automated opinion tagging on the public space.

The question is can we code and look ourselves in a mirror every morning without disgust?


I have taken part in ethical coding of big brothers tools for call-centers.

Do I feel proud? I should not care according to my peers.

Well, I have been searching for jobs recently and what I am proposed is very often revolving about the same topics:
  • surveillance of work hours and profitability of the employee with poor or no respect of legal obligations of employers;
  • profiling for marketing (can also be used for mass surveillance);
  • automated troll caving of any aggressive persons on a forum (because disagreeing is a sign of being bad, m'okay?);
  • Xross Site Tagging of internet users;
  • frameworks development for doing all of the above.

(I do insist there are some  good job offers in the flow of crap)

Of course, since I am supposed to be a bitter old coding troll I miraculously have been an ethical coder. I could say I chose to be a virtuous ethical coder.

I am not. I want to have hot water, heating and some place I call my own. I need to feed my family and rent a place that in a 30 km center around this place require an healthy 60k€/year. So being a mover will not make it.

Is it ethical to let my family in misery because I have principles? Well, at least it looks cool. That's how to be a flamboyant looser. I actually did not chose. I am just socially inept. That is who I am and I am okay with it.

But since I am a blatant troll I prefer for the fun to victimize and point a finger by asking a question:

Are unethical coding topic the only one that brings value to the share holders?


Well, could banks, VC, government make of coding a good use?


Green energy?

A vast joke: max electric power on the grid is required when no wind nor sun provides energy and we do not know how to store efficiently with a reasonable safety and costs. And battery production is resource bound. Green energies are just a mirage. Power demand is constantly going up (notably thanks to e-commerce and computers), while power production grows less. We may face in the coming decades power blackout in the G20 countries. But X said the opposite and he has figures.... Let me doubt it.


Automated tax collection to avoid fiscal inequity?

Garbage In, Garbage Out : fucked laws make fucked up rules that are un-codable.


Privacy to avoid surveillance?

On this one I am a convinced lutherian; if you do not need to commit a crime you need no privacy and if you fear your government, well going down in the street might prove more useful than writing code. Even for talking. Internet is not the place to foment a revolution. It is a nice place for mocking the world, though.


Multi purpose robots?

The industrial revolution based on automation have always resulted in removing from the market the economical actors that were not granted the money from their bank to buy automats resulting in a winner take all scheme while the poorest sunk in misery and the middle sized actors enter a spiral of taking series of immoral loans from the bank. Like a modern peasant in France. Capitalism centric economy are anti-liberal and results in more concentration.

Profiling?

Profiling always has the best intentions at heart and poor production. Even the best coders forget the law of using filters: filter have false positive and false negative. There will always be people that are wrongfully tagged «positive» and you will always miss some of your target. Efficient filters are based on the acceptable costs of failure. Marketing can fail, it is okay. Counter-terrorism based on profiling is a very stupid idea. And maybe it is better to remove the roots of dissatisfaction from a society (discrimination, inequity, poverty) than to spend money on detecting the person that are dissatisfied. Especially that Europe is not very far from electing people like Trump, Putin or Erdogan in the next years. You want to explain to someone like Erdogan that he might wrongfully ruin the life of thousands of people while he has a solid list of 10 times bigger accurate opponents being known? Please show me how Erdogan, Putin care about the costs of false positive with a profiling that catches 90% opponents accurately. Remember in Europa a growing number of future president/PM will tend to be Trump/Putin/Erdogan like. Just think about it. Yes, we can also prevent Vascular Accident alike. Or improve medical diagnostic, that requires ... a lot of centralized information. This is a double edged sword and I don't think our society is mature enough for radical transparency. We all wanked, and who is okay for having it officially known? The problem is the christian culture of guilt here. I am a convinced guiltless atheist on this one.


3D printing?

Hum, much more interesting. In fact no. KPEX is not the only problem, you have also the OPEX and quality control to see there. We are back to the multi-purpose robots. It covers also topics such as home automation, grid optimization...

What can we do with computers that is interesting then? 

Well, an apple is an apple and so is a banana.

Do all the fresh products from a country needs to physically go to a centralized market to then be moved again near their production region?


In 2016, an apple may have to do a 2000km hook to be provided in the market near you. Stupefying.

But actually, it requires no computers, just that producers and consumers see their interest in having a decentralized market and putting in common efforts on logistics. And also ... funding. But, well is it in the interest of people who have the funds to disrupt the market if they benefit from the situation?


If your bank have the account of one of the great distributor will they give you money to potentially make them be poorer? Especially that you might want to incentivize your stake holders by giving more return hence resulting in thinning your assets on your bank account? Capitalism do not favor neither competition, nor liberalism.


So according to the desperate person trying to find me an opportunity as a coder that would be happy with me taking hot showers and offering a decent place to my wife, I have to put some water in my wine and to silence myself in front of my future employers.  They do not need to know.

Either I live by the rules or will live miserable with my ethic, because, that is not how the world works. (I have no ethics, just a big mouth to be honest).

The problem, is I know what I am doing. And I do know that the one who as the money makes the rules, and I have work force and knowledge and no capitals. And there are other coders with the same knowledge on the market.

I am not pleased that 90% of coding offers are related to unethical purposes.  I am not pleased people point finger at me as a coder for it. I am not part of the problem.

It is not me who is unethical. It is the society in which I live that consistently consider we should not voice our concerns because else we may call an evil such as Trump, Le Pen, UKIP, Putin... ruling the country. I will not let fear rule my life.


My blog is critic and people might think: shut it down, it makes you lose opportunity what are you searching for? A hot place to live in or feeling proud of yourself when you wake up?

Well, I have only one life on earth. I will not endure a life of moral pain hoping to be rewarded in the afterlife. I take this life to live plainly my life as a full human being living happily ever after even if it requires a little more efforts than just abiding to the rules blindly.

I am no sheep, I have a spine, and can carry a project to its end thanks to this and that is why I can make interesting code. That is the price to pay. No spine, no interesting code.

And yes, I am concerned when reading my thousands of job offers per week about the use made of the global pool or coders. We are clearly using coding in a more than questionable way. But, once again, chacun sa graisse and this in not mine, me I still want to take hot shower, and am satisfied to have a wife that prefers me when I am who I am.

She loves me this way and that is contributing a lot to my happiness and I just live without questioning myself that much, pretending to be ethical, while I am just socially inept with a big mouth. And to be honest: I don't care about what can happen tomorrow.

Plus qu'un revenu universel, on a besoin d'un droit à commercer et produire universel

Vous vous êtes vous déjà retrouvé pauvre avec des savoirs faire ou une capacité à produire en vous disant, comment je pourrais m'en sortir autrement qu'en demandant les minimas sociaux?

La réponse est simple : vous ne pouvez pas.

La première des choses, c'est le travail. Parfois votre métier qui est supposé bien payé n'a pas d'offres sur la région en cours. Et tous les métiers ne sont pas sur des zolis sites webs simple.

Et, pour ajouter l'insulte à l'injure, pole emploi vous bloque sur tous les métiers où vous n'avez pas une expérience professionnelle. Autrement dit, vous êtes dans une nasse. On parle de «marché du travail». Mais sur un vrai marché, on peut déambuler et voir les étales pleines et vides et se concentrer sur les bonnes affaires. Sur le marché du travail, l'approche en mode crevard ne marche pas ; il est impossible de savoir où la demande est si forte qu'on peut tenter sa chance.

Alors, on pense à se mettre à son compte. Il y a bien le statut d'auto-entrepreneur, mais, il requiert les avances de trésorerie car -expérience d'ancien freelance ruiné- quand un client te paie pas, tu es dans la merde.

Puis on regarde : son pain, son cidre, ses salaisons ses vélos bien réparés et ses lauriers sauce pour lesquels on peut vendre TTC à la moitié du prix marché, et on se dit : si seulement je pouvais vendre ma production ou mes savoir faire.

Puis on se renseigne. Registre des Métiers et Chambre de Commerce, deux instituts moyenâgeux vont requérir de vous le respect de régulation entraînant soit un investissement en temps non nul  (formation réglementée), soit en capital.

On aimerait juste poser une table, mettre ses produits dessus et les vendre. Mais en fait, à moins de payer pour une place sur un marché, ou d'être proprio d'un pas de porte/échoppe vas-y vendre. Si tu es pas un migrant SDF, l'amende pour la vente à la sauvette est dissuasive. 3 750€ et 6 mois d'emprisonnement. Plus que pour envoyer un bourre pif à un inconnu dans la rue. Sérieux la France? Révise tes priorités.

De toute façon avec nos compteurs intelligents, dès qu'un tableau électrique trafiqué par les aïeux pour pouvoir consommer décemment de la puissance afin de faire une consommation énergétique permettant de produire linky pète une coche et te dit d'aller te faire voire; seule une production manuelle est autorisée.
C'est pour éviter les incendies ou pour éviter que les gens puissent produire cette limitation à 10A par foyer? Et je parle même pas de cette TVA à 19.6%, car de toute façon, la grande distribution qui inonde le marché des biens nous encule à sec. J'ai du mal à comprendre comment mon boulanger touche de la bonne farine de blé dur type 110 à .3€ le kg HT est que je suis sensé acheter la même à 3.5€HT/kg. Pourtant, je peux produire du pain au levain à 2.5€ et faire des bénéfs.

J'aimerais pourtant assumer financièrement et légalement ma responsabilité de producteur et payer ses taxes, mais c'est juste une tuerie réglementaire.

Vous me direz, collecte de TVA, protection du consommateur, paiement des charges, ce serait de la concurrence déloyale si tu t'installais sans t'y soumettre. Et je suis bien d'accord.

De fait, la France entraîne une noyade à précarisation.

L'expression consacrée est trappe à chômage, mais la parlons de noyage organisé. Dans la vraie vie, vous devriez vivre avec les queues que l'on sent organisées dans les services sociaux et à la préfecture pour les étrangers, vous auriez l'impression que l'on cherche à vous décourager.

Changer une adresse? 1 courrier, 10 jours d'attentes, 1 heure de queues, repartir, aller refaire la queue à la CCASS car on décrouvre un bug, tomber sur un ancien pote qui est maintenant chef de projet pour les logiciels du gouvernement qui vous dit que les sites sont mal faits pour s'adapter à l'idiotie des utilisateurs ... Putain, mais imagniez qu'avec ça que je suis toujours pas capable d'avoir accès à la CAF depuis 2 mois que j'ai changé mon adresse, et que ma femme attend un numéro de sécurité sociale depuis 9 mois pour pouvoir travailler, que l'on doit se péter les queues de seulement 1 h le matin car on se réveille à 7h avec les putains de marmots qui vous vrillent les tympans et se voir doubler par les resquilleurs car bon, ces gens ont l'air dangereux, vois tu.

En plus, t'es un demi citoyen qui se voit refuser par pole emploi autre chose que des formations gadgets pour des technos dans lesquelles tu crois pas car le marché est déjà hyper saturé en main d'oeuvre à pas cher. Tu as une palanquée de fonctionnaires et des applications androids pour tout, mais 0, nada, aucune putain d'information ou accès direct aux offres d'emplois. Je suis content d'avoir pu faire déménageur parce que mon boss avait mis son numéro de téléphone à la place d'un contact pole emploi.

J'ai parlé à d'autres amis, en retour d'expatriation ; on le vit tous mal. On tombe souvent tous le temps que notre situation administrative retourne à la normale dans une précarisation temporaire qui souvent dure un an. Avec le souvenir d'autres pays où cela ne se passe pas comme ça.


Un an à partager le sort des damnés de l'administration, des assistés car on a pas le choix. On n'a pas le droit de s'aider nous même en commerçant, produisant.

Donc, voilà, je sais produire, je sais faire. Je suis manuel autant qu'intello car on l'est tous. J'ai des opportunités qui me permettraient de contribuer positivement à la société, mais je suis barré, un triquard de la bonne société à cause de toutes ses réglementations qui me pètent le cul, et en plus je dois subir l'humiliation hebdomadaire de passer au travers des mailles dysfonctionnelles de l'administration qui semblent ingénier à cette fin.

Et ça, quand je rencontre le monde des gens politisés, ou de l'éducation, ou des intellos, c'est à dire de ceux qui pensent avoir vocation ou qui se pensent légitime pour exprimer la voix du peuple, je me fais traiter de troll en mode provocation. Et l'énervement aidant, je leur dit de sucer ma bite. Il y a rien de pire que la censure par l'argument autorisé de ceux qui ne savent rien qui te censurent au nom de l'argument ultime en France ton discours fait le jeu du FN. Le cachez moi ce sein que je ne saurais voir des notables: la précarisation.

J'imagine que la pauvreté galopante dois mettre un sacré paquet de personne dans ma situation. J'imagine aussi que l'impression de vivre dans une société qui n'es pas en empathie avec nos douleurs, voire que l'on est systématiquement pointé du doigt par les braves gens et ignorés par les politiques ne donnera rien de bon.


Je fais parti de ceux qui ont une carte électorale et refuse de voter pour délégitimer le système. Je refuse de choisir parmi des politiques qui par structure des élections ne peuvent avoir aucune chance de gagner quand ils représentent mon point de vue. Les élections sont toujours un piège à con. Il devrait y avoir des députés des sommes de minorités qui ne peuvent être majoritaires dans un département.

Des députés qui quand Traore meurent mettent sur le tapis le problème du contrôle au faciès, et non vilipendent «les jeunes des quartiers sensibles». Ils devraient y avoir des députés qui représentent les pauvres, et les «assistés». Des députés qui représentent les «élèves» qui ont peut être aussi leurs mots à dire sur l'éducation .... on devrait avoir des députés qui portent autre choses que des tailleurs et des costards cravates, et qui proposent que l'on déchoient de leur nationalité tous les gens qui fraudent le fisc.

Donc voilà, il fait pas bon en France avoir entrepris. Pour que le goût de l'entreprenariat existe, il faut non seulement une juste rémunération du risque, mais pour chaque personne qui réussit il faut se souvenir qu'autant sinon plus échouent. Qu'échouer est un apprentissage souvent nécessaire. Et que pour avoir de meilleurs entrepreneurs il faut qu'ils puissent remonter en selle, sans peur, retenter et continuer jusqu'à 3 fois comme cela se fait dans d'autres pays. Il n'y a rien de honteux à être ruiné ou pauvre.

Je n'ai pas honte d'avoir échouer. Je n'ai pas honte car les tribunaux consulaire, le RSI, et d'autres y ont bien contribué. Mais, ils ne me font plus peurs. Et je n'ai pas honte de vouloir reprendre une activité économique quel qu’elle soit. Et je préférerais au système d'assistanat humiliant actuel un système d’entreprenariat systématique qui ferait péter la grande distribution, la moitié des artisans, commerçants, propriétaires installés et qui ferait chuter les prix par 2 et nous permettrait à tous d'être nos propres patrons en concurrence loyale avec les gros tout en améliorant nos vies et ouvrant réellement le monde à l'innovation.

Dans un système libéral, le droit de commercer et de produire pour tous les citoyens devrait être inscrit dans la Constitution avec un niveau supérieur au droit sacré de la propriété qui elle ne fait que renforcer les inégalités car c'est l'innovation plus que la reproduction sociale qu'il faut valoriser dans un contexte incertain. 

Indexation textuelle pour trouver le bon job dans la meule de foin des annonces merdiques

Aujourd'hui, il est temps de faire son google.

Mon problème:

Après avoir manuellement recherché parmi des centaines d'annonces et essuyé moult déconvenues je me suis aperçu que la méthode manuelle n'étaient pas bonnes:

  1. chaque entrevue me coûte cher;
  2. la plupart des annonces qui sont à chier sont prévisiblement à chier;
  3. il existe des vraies annonces utiles MAIS les critères de recherches (date, pertinence, lieu) ne sont ni pertinents, ni ceux qui me conviennent et je dois prioriser ma recherche;
  4. je veux bien coder, mais ni pour une SSII, ni pour une startup, ni pour une boîte d'IT ni passer par un cabinet de recrutement (95% des annonces);
  5. je veux pouvoir postuler à des jobs de survie sur lesquels ses enfoirés de pôle emploi ne peuvent me bloquer (débutant accepté, pas de spécificité sur les formations...) et sans contact de pole emploi;
  6. J'en ai assez alors que c'est écrit sur mon CV de passer une entrevue et à la fin devoir expliquer à mon futur employeur que NON je ne dépasserais pas les 48heures hebdomadaires de travail sans que ce soit exceptionnel et rémunéré comme il se doit.
Il me faut donc un moteur de recherche qui a les spécificité suivantes :

  • indexation textuelle pour repérer sur un corpus d'apprentissage les catégories;
  • mesures et fitness des résultats comparé aux objectif;
  • parsing et analyse textuelle des annonces;
  • analyse de méta données pour le filtrage.

Cet article est un rapide survol de géométrie euclidienne en base incomplète sur les données textuelles, car il va falloir trier qualitativement ce que je veux ou non.

Stemmisation, tokenisation


Prenons une annonce classique :

Nous recherchons -pour les besoins d'une société en plein essor- un petit jeune passionné, plein d'entrain, pour travailler dans un domaine intellectuellement stimulant.

Nous allons vouloir comparer cette exemple classique de texte qui pue l'exploitation en startup avec les équivalents. Pour cela, il nous faut nettoyer le texte de 2 choses : le bruit, et les variations.

La stemmisation-tokenisation consiste à découper le texte en un tableau de mots sous leur forme invariante. Les spécialistes de l'indexation textuelle rajoutent au passage un filtrage de mots. Internet fourmille de tuto .... pour l'anglais, mais pour le français c'est bonbon, en plus leur jargon est à chier.

Comprenons bien les 2 problèmes spécifique du français :
  • les mots à virer (stopwords) ne sont pas les mêmes qu'en anglais;
  • les formes invariantes ne se créent pas de la même manière qu'en anglais.
Il faut donc sachant que c'est une partie mineure du travail utiliser mes connaissances de mon premier boulot de SSII à l'ECAM (IBM) pour retirer d'internet la substantifique moelle du jargon pour en tirer un exemple utilisable. 

Tokenisation: découper à la scie propre les mots dans une phrase en faisant attention aux apostrophes, virgules
Stemmisation: réduire les ambiguités liés aux variance de graphie (va, allez, aller, allions == aller; évoluant, évolue, évolution == évoluer)
filtrage des Stop words: virer les mots outils qui font du bruit (le, la, les, un)

Tout ce qui fait que les spécialistes sont payés chers et qui fait le jus de leur boulot n'est pas l'appel aux APIs mais la connaissance des 3 étages qui vont bien.

Des tokenisateurs il y en a des centaines, des corpus de mot-outils aussi, ainsi bien évidemment que des stemmers. Leurs beurres qu'ils mettent dans les épinards de leur expertise payées par des fonds publics consiste à vous dire comment faire dans les grandes lignes, partager le code, mais pas les données spécifiques.

Donc, la première tâche consiste avec un moteur de recherche et une bonne patience ainsi qu'une console python à expérimenter sur les différentes recherches sur stopwords, stemmisation, tokenisation à avoir un ensemble de réglages relativement sain sur ses 3 axes. Il se trouve que python a la librairie pour l'indexation textuelle : nltk

Donc pour référence futur voici le résultat:

Comme les universitaires sont jaloux de ne pas tout vous donner il y a de la magie à faire


    import nltk
    nltk.download()




Ensuite un petit tour au fond du code source nous apprend que c'est magiquement utilisé dans notre dos (ah! j'aime la magie) par la bibliothèque:

cf http://www.nltk.org/_modules/nltk/tokenize.html

Oh! Et Wut?  http://www.nltk.org/howto/data.html

On exécute des pickle arbitraires pour avoir accès aux données? Wut, Wut, WTF!

  1. cela veut dire que nltk est certes open source mais que tout le code qui a de la valeur est lui sous une forme binaire ! Donc, a proprement parlé c'est plus du code proprio (mis à disposition par des universités bien souvent publiques, bien souvent payées par les impôts);
  2. que c'est un putain de trou de sécu. 
Bon, je toussote, et continue.

J'avais prévu de donner les liens vers les docs et les mots clés. Mes différents essais m'ont convaincu que les spécialistes de l'indexation textuelle sont au mieux des fraudes publiques, au pire des petits rats universitaires qui restent dans l'ombre de leurs labos et font tout pour ne pas partager leurs données.

Après trop d'heures passer à tenter d'avoir un compteur de mot décent en essai erreur où j'ai pu me rendre compte que finalement je faisais naïvement mieux que des trucs de pros, je me suis dit fuck off : mets juste ton code à dispo et répond aux commentaires si les gens ont des questions.


Prochain épisode, le Xhi², le machine learning me fait chier, et je parie que je peux obtenir 80% du résultat avec .5% de la puissance de calcul utilisé par les grands groupes pour faire de l'apprentissage en utilisant un poil de géométrie.

Darth Vador programming on its way.

Je ne veux plus de CDI je veux des contrats au jour le jour

Donc, encore des entretiens, encore la même question : pourquoi dans votre CV demandez vous à avoir une vie équilibrée?

Et oui, je refait des entretiens en informatique; la saison des déménagements est passée et ne recommencera qu'en juin et les différents dysfonctionnements de la CAF/CPAM/CCAS/préfecture me laissent sans revenus ni endroits où vivre.

Je vis chez mes parents, je fais leur jardin et quand je jardine je boue intérieurement.

Je coupe le laurier sauce et regarde ses feuilles que je suis sensé envoyer à la déchetterie et gâcher. Elle se vendent 2€ les 30g dans le commerce soit ~66€kg. J'en ai 5 kg. J'ai donc 330€ de biens que je n'ai pas le droit de vendre et que je dois détruire. Le laurier sauce dans le Vexin, c'est un peu comme de la mauvaise herbe. C'est certes moins que la weed (6000€/kg) mais des fois, j'aimerais pouvoir m'en sortir en travaillant, même si on me l'interdit. Car oui, mon espèce de laurier n'étant pas traçable j'encours une amende de 450€ si je tente de le vendre. Si je vends tout ce stock, il sera détruit, et j'aurais une amende. Fuck la France et ses règles idiotes. Je participe à détruire de la nourriture TOUS les jours.

L'allière sauvage, tous les jours j'en vois quand je prend mon vélo. Je peux faire de l'huile aromatisée avec un goût d'ail avec. Prix de vente 8€/l. Interdit là encore, nourriture gâchée, et pour avoir la même chose je dois la faire venir de trifouillis les allouettes en 35T. Sérieux? Je suis pas écolo, mais c'est quand même encore du gâchis de ressource.

Rose-marin, estragon, mélisse, menthe, pomme, alliaire, châtaigne je suis entouré par des choses que je ne peux pas vendre et qui représente des 1000€ et je dois quémander les 10€/jr d'aides de l'état pour les expatriés de retour au pays parce que j'ai pas le droit de les vendre. Fuck la France et ses règles idiotes. Laissez moi vendre!

Le prix de vente du pain au levain par les pros est de 5€ min/kg. Ma femme est moi produisons le pain à 1.5€/kg. Mais je n'ai pas le droit de le vendre: nous n'avons pas le diplôme et/ou les capitaux nous permettant de nous mettre en conformité avec l'obtention du code APE nécessaire pour faire une production commerciale. Fuck la France et ses règles idiotes.

Le prix de vente du cidre est de 3€ pour une flotte infâme qui colle mal au crane les lendemains de cuite, le mien (non pasteurisé sans conservateur) est à 1.2 € et titre 2 fois plus en alcool et procure une ivresse douce et des lendemains sans maux de crâne. Encore une fois, j'ai pas le droit de m'en sortir par moi même. Et ça m'énerve. Je sais produire. Mais produire est moins important que le capital et les titres. Savoir faire contre capital. Je me sens marxiste. Je suis dépossédé par mon gouvernement à avoir une vie économique que je choisis.

Et les recruteurs me demandent toujours la même question, pourquoi j'écris que je veux une vie équilibrée. Pourquoi est-ce que j'insiste sur des horaires de travail équilibré?

Première chose, je n'ai jamais eu un emploi où il n'était pas exigé de dépasser les 48h/semaines, 12h/jour max de travail sans compensation. C'est interdit par une convention internationale signée par la France donc ça fait force de loi. Loi que les employeurs n'hésitent pas à utiliser contre les employés. Rappelez vous, 24h d'absence non justifiées et vous êtes virés. What The Fuck! Alors l'état trouve normal que certaines loi soit violées au nom de l'économie pour les gens en position de force, mais punis d'une main de fer les petits en position de faiblesse qui s'essaient à commercer? Et on nous parle de libéralisme? De liberté de négocier? Mais même pas en rêve c'est du libéralisme.

Et surtout, sans fignoler ça réduit mon salaire horaire. Moi, aujourd'hui je veux travailler à salaire fixe. Mais, tous les employeurs tombent des nues quand je demande une pointeuse. Merde, j'ai déjà pas le droit de produire par moi même, pourquoi faudrait-il en plus que je sois sympa avec des gens qui ont comme seul mérite d'avoir hérité de patrimoine? Sérieux? Vous voulez ma force de travail, et bien comme sur un marché on négocie. La liberté ça tombe pas tout cuit dans la gueule, ça se prend.

Deuxième chose: je veux avoir des enfants. Quand je suis volé de mon temps libre je suis volé de ma capacité à m'enrichir affectivement et à faire mes hobbys d'auto-production à voir ma femme. Je gagne de l'argent à faire des produits que je ne trouve pas autrement sur le marché et qui me conviennent. Alcool, pain, légumes, fruits. Ce temps de production est irremplaçable: moins je produis, plus je perd mon expérience. Cette production agit en plus sur mon cerveau positivement, ça me donne confiance, ça me détend, et nettoie mon cerveau. J'ai du contrôle, de la liberté, du choix. Je suis né sans choisir, mais choisir ma vie m'appartient. Et ma vie m'est précieuse. Je veux voir ma femme ! Et c'est ce que je vend à un employeur; ma liberté, je négocie ma vie que j'aime contre du temps contraint où j'accepte de me soumettre volontairement à un ordre que je ne choisis pas. J'accepte de fermer ma gueule, de me lever quand j'en ai pas envie, de me forcer à chier le matin avant de prendre les transports en commun perrave, de renoncer à voir ma femme, bouffer de la merde car je n'ai plus le temps de préparer ma bouffe, me déplacer quand j'en ai pas envie.

La nature du système économique réglementé est abusive et arbitraire elle m'interdit de commercer librement. Elle me contraint à accepter la contrainte d'autres producteurs. Sur quelle base? Grossièrement la naissance et le hasard. Je ne suis pas religieux, je n'accepte pas qu'un mérite pas tellement différent d'un jet de dé règle ma vie.

Je le fais certes... parce que j'ai pas d'autre choix pour sur-vivre, mais de grâce, ne me demandez pas de le faire ni sans me battre pour que cela n'empiète pas sur mon dernier carré de liberté (ma famille), ni d'aimer ça.

C'est pas à moi de vous prouver que j'aime votre compagnie, c'est à vous de me convaincre que vous avez de la valeur. Pour cela, arrêtez vos entretiens qui consiste par tenter de rabaisser vos futurs salariés, et ensuite ne me demandez pas a priori d'être prêt à sacrifier ce qui m'est précieux (mon temps libre) sans contrepartie. Je suis un travailleur, pas un serf, ni une pute, ni un stagiaire.

Vous savez quoi? Proposez moi des contrats de journaliers. Un par jour, tous les jours. Vous pourrez ne pas m'embaucher si vous le souhaitez, et moi je pourrais ne pas venir quand j'en ai pas envie et revenir quand je le souhaite, travailler 3 semaines dans un autre métier, revenir travailler. Vous pourrez adapter votre charge. Moi, je vais pouvoir élargir ma liberté, apprendre de nouveaux métiers et sécuriser mon futur en mettant de nouvelles cordes à mon arc.

Donc arrêtons les faux semblants, déjà vous allez me voler ma Propriété Intellectuelle (concept étrange qui consiste à créer de la propriété sur du vide et que je n'aurais plus le droit d'exploiter une fois que j'aurais publié mon code sous votre nom sans contrepartie), vous allez me voler mon temps.

Ne volez pas en plus ma vie. Négocions mano a mano dans un monde marchand où nous vivons.

Je vous fait une fleur. Vous me payez 22€/hr, vous me signer en temps que journalier sur une base de 37.5hr/semaine. heure supp à 30€/hr travail de nuit à 40€, le week end à 50€/hr. Vous pouvez refuser de m'embaucher tous les matins, et moi en retour, si j'ai autre chose à faire je peux ne pas venir. Libre à vous de me reprendre ou non.

Votre rêve, l'instabilité permanente. Mon rêve, la capacité enfin d'avoir une vie équilibrée.

Alors, vous êtes prêts pour un vrai marché du travail où le travailleur retrouve une vraie liberté de négociation?


Le droit à une deuxième vie

Le gadjo qui m'a appris à faire du vélo c'était un condé en chef.

Pour vous dire à quel point je le suis redevable, mon frangin quand il a vu que son minot savait pas faire du vélo sans roulette à 5 ans il a payé une coach à 100$/hr. Si j'ai pas la honte après ça qui me colle à la peau comme un étron mal démoulé au cul, contez moi comment je devrais me sentir?

Même si je me suis rattrapé par la suite, je suis un attardé mental du biclou, j'ai vraiment commencé à faire du vélo sans roulette à 9 ans.

À 10 ans en CM2 ma prof nous proposait de faire du vélo les mercredis. Hipster avant l'heure j'avais le vélo que mes 2 frères avaient eu avant moi: un hélium (peugeot évidemment) à vitesse unique et je me coltinais les cotes bien salées du Vexin: le Perchay, Épiais Rhus, Vigny, Nesles, Valmondois. Je les ai bouffé avec un fixie. Avec son mari; Jacky.

Cette histoire a évidemment aucun autre rapport avec le vélo que celui qui me trotte dans la tête.

Le Jacky m'a dit ma deuxième année où je continuais à faire du vélo (contre toute logique puisque j'étais passé chez les grands au collège) : on devrait tous avoir le droit à une deuxième vie.

Je pense pas qu'il parlait de sa femme, même si j'ai jamais eu un grand amour pour mes profs (sauf la toute sèche que j'ai eu en CP).

Il parlait de la vie pro.

15 - 18 ans à faire le même métier ça use, même si ce métier est votre passion. En fait surtout si c'est votre passion.

À un moment sans vouloir spoiler les plus jeunes, en 18 ans, t'as du mal à être surpris. T'as montée une cote qui était un sacré raidillon, tu es plutôt content, mais on te dit que tu fais de la merde. C'est pas que t'as fait de la merde, c'est juste le système. Pourquoi ? Je m'en contrefous. La seule chose que ton horizon pro te propose c'est de reparcourir les circuits que t'as déjà fait 100 fois. T'en as ras le cul. Surtout que tu vois d'autres routes et horizons et que t'as encore la patate dans les guibolles, et que tu as toujours le sang du gamin en toi qui coule dans tes veines. Mais on te dit que t'es trop vieux et que t'as plus le droit de rêver.

Merde, t'es pas mort, t'es encore en vie, et t'en as marre de toujours la même chose.  Et putain, t'as le droit de rêver!


Alors, en fourbe sans prévenir personne tu prends les routes que l'on te dit interdites et tu vois qu'elles sont bonnes. Et tu te demandes; qu'est ce qui m'interdit de les prendre?

L'allégorie vélo t'as perdu?

Faisons une allégorie vélo dans l'allégorie vélo.

Aujourd'hui après des années à me faire chier dans le vexin à faire toujours les mêmes circuits j'ai fait un tour avec un poteau prof. Ça fait des années que j'avais pas fait le circuit Pontoise - Nesles. Et c'était cool. Voilà, fin de l'allégorie dans l'allégorie.

Mais c'est pas le point. Le gars (avec qui j'ai fait du vélo) me disait j'en ai ras le cul d'être prof, j'adore enseigner, c'est ma passion, mais c'est tout ce qui est autour qui me calice. Le système et son absurdité, mes collègues et leur attitudes.

J'aime ce que je fais, mais pas le cadre dans lequel je le fais. Et je l'ai regardé ; il avait les yeux de Jacky, et aussi de Michel et de Manu.

Michel, c'est un ancien collègue déménageur qui s'engraine facile avec tout le monde. Quand il est arrivé journalier il m'a parlé de faire ses heures, et de ses faire payer ses heures supp. J'ai pas osé lui dire qu'il rêvait debout, pour 7h journalières (on avait des contrats au jour) on en faisait entre 9 et 16 payé 80€ par jour (avec 10 sous la manche) sans certitude d'embaucher le lendemain.


Je suis pas un salaud; il avait les bras comme mes cuisses et le fusible court. Tu contredis pas les costauds qui sont instables quand ils rêvent. Le gars il avait passé ses 12 dernières années à faire le planton sans bouger pour rassurer le quidam dans les supermarchés et chantiers. Même pas le droit de prendre une pause pour aller chier ou boire au point que le jour ou pour 12€/hr on lui a imposé de rester en place 10 heures d'affilées il l'a fait par sens du devoir. Il a poussé la passion du métier jusqu'à en chier dans son benne pour son boulot. À toi le bourgeois reconnaissant te devrait une médaille mon poteau.

Le prix de ta sécu à toi le quidam qui aime l'état d'urgence qui dure depuis 20 ans c'est 10% de la population active payée à faire le planton et/ou contrôler les accès. Et c'est ni l’hôtesse d'accueil ni le costaud de service qui touche le salaire de ta peur : c'est leurs boss.

Parlons de mon vélo-poteau. C'est un bon prof, il refuse de transformer le sport en pugilat. Il aime le port comme moi : par pour la compète, mais parce que c'est le fun, alors il essaie d'expliquer aux gosses que tu fais du pas sport pour être le meilleur, mais parce que d'une part ça te plaît et que d'autre part c'est quand même le fun d'essayer d'être le meilleur, mais qu'il y a une chiée de perdants et que tu le seras très certainement. Donc, il faut essayer, mais pas en faire une montagne. Quand tu fais le kéké à vélo, t'as toujours un vieux tout sec pour te coller la honte au détour d'une route de campagne malgré ton pédigré de compéte. Mais, est-ce que ça nous empêche de reprendre nos fidèles destriers d'aciers sur les routes verdoyantes de nos belles campagnes? Nietsky, on a beau être des loosers, on fait aussi du vélo parce que c'est le fun. Bref, il se fait engueuler car il refuse de classer ses élèves du plus fort au plus faible, ce qu'il trouve con et moi itou.


Bref, c'est cool de s'investir, mais faut pas en faire une caisse. C'est comme nos taffes.

Surtout que quand t'es passionné les boss, les parents d'élèves, les usagers, les clients considèrent que faire tes heures et vivre ta vie après les heures de travail  c'est interdit. Fais moi confiance toute fiche de poste évoquant tatati c'est ta passion c'est un marqueur comme quoi le patron il veut que tu bosses en extra pour gratis. Si t'es un cave t'auras l'avancement et la reconnaissance. Apparemment être passionné ça veut dire que la merde tu aimes la bouffer au p'tit déj à la pelle et que t'en veux encore plus.

Raah, il y a toujours l'idiot du village pour lever la main et dire: tu parles beaucoup des autres, mais c'est-y pas une manière de pas causer du tézigue?

Ben c'est que l'idiot c'est pas un crétin. Toutes les histoires des autres font échos en mon for à mon histoire peuchère.
 
Moi aussi je me bouffe ma crise de la quarantaine comme un bad trip sous diverses substances hallucinogènes. Et je me tâte à réclamer ma deuxième vie.

Au début, je pensais que l'herbe était plus verte ailleurs (et elle l'est), mais en fait c'est presque vrai sans l'être.

J'ai passé après la mort d'un pote 3 ans au Québec, je suis pas revenu uniquement à cause de trucs personnels, disons que l'herbe est plus verte, mais légèrement empoisonnée quand tu connais pas le coin. Ce que l'on peut résumer par la locution tu es toujours un peu l'arabe en france d'un autre quand t'es français à l'étranger, surtout quand t'es pauvre.

J'ai changé de pays et oui l'informatique en amérique du nord c'est un peu plus intéressant. Mais en fait, j'ai un problème avec le système: on fait des logiciels de plus en plus merdique, et ça me fait gerber. Pourtant, les entretiens ont jamais été aussi sélectifs. À croire que plus la sélection est forte, plus elle favorise les idiot(e)s. Je suis aussi peu sexiste que raciste : les femmes (et les divers) m'ont prouvé que la connerie était également répartie quelque soit les critères envisagés.


Je suis devenu déménageur parce que j'avais pas le choix (caillasse). J'ai arrêté de l'être par contrainte (pas d'apparte) et aujourd'hui je me pose une grande question: travailler à moins qu'au SMIC et m'amuser ou reprendre l'informatique?


En fait, mon coté aigri m'avait fait pensé que ce serait la même merde partout.

C'est vrai, mais c'est différent. J'ai kiffé que mon entretien d'embauche précaire renouvelé tous les jours consiste à être juste à l'heure.

J'ai aimé être débutant et être dans la même merde que les autres, et qu'on me dise c'est pas une compétition: on veut juste rentrer pas trop tard à la maison.

J'ai aimé progresser à nouveau, apprendre. J'ai aimé ne plus avoir à faire à des DRH et des directeurs techniques cons comme des burnes.

J'ai aimé que savoir si la ficelle ou le scotch (voir OOP vs programmation fonctionnelle ou impérative) soit moins importante que juste de faire le chantier correctement : vite et sans casser.

J'ai aimé mes collègues nouveaux bien plus que les anciens. Et je préfère la causettte à la pause ou avec le patron au dépôt de 30 secondes au interminables scrum.

À coté de ça à 10€/hr, vas-y louer un apparte quand les putains de proprios refusent de louer un apparte de 30 m² dans tes moyens parce que d'après eux c'est pas digne pour un couple. Putain, ma belle famille et leurs relations en Pologne ils savent à 6 dans un 36 m²! Laissez moi choisir comment je vis bande de cul terreux de gros putains de proprios. Avec mon salaire et ma capacité à accepter n'importe quel taffe je vous l'aurais payé vot' loyer à vous le couple de bobo qui ont eu comme seuls mérite d'avoir des parents riches  pour devenir proprio et qui en profitent pour me coller leurs snobismes/racismes dans la gueule.


Donc voilà le prix à payer pour une deuxième vie:  les préjugés des autres.


Mais bon, j'ai beau me tâter, j'ai mon coté haute société protestante éduquée qui me roucoule dans l'oreille: vis tu pour toi même ou pour faire plaisir à des gens que tu aimes probablement pas?

Bah, si je peux pas grailler et crécher, ça me fait chier, mais oui je vis vivre pour plaire à des gens que j'aime pas avec un goût de bile au fond de la gorge quand je dirais que je suis libre.

Et je me dis que je trouve étonnant qu'il y ait si peu de grogne et de gens qui posent des bombes contre une société aussi merdique et pour conclure je vais vous raconter une anecdote du papa de mon vélo-poteau.

Mon ami a trouvé les carnets de guerre de son daron qui pendant la 2é guerre a fait son service dans l'armée française et s'est battu à l'Isle Adam.

Pour faire vite : ils ont été capturé par les frisés qui leur ont dit de se rendre par eux même à leur prison à Argentueil (genre les mecs ils connaissaient le coin).

Et bien croyez le ou non, ils l'ont fait. Aucun n'a eu l'idée de rentrer chez lui ou de s'évader. Ils avaient été éduqué comme ça, à obéir.

Et, j'ai bien peur que nous sommes pareils. Et, je sais pas si je suis différent de ces gars.


Obsolescence programmée: bug siège guidon

Je viens d'achever une quête de 6 mois et 70 km depuis mon retour en France: trouver les pièces qui me manquent pour réparer un vélo qui a un quart de siècle. Bref, je lutte contre l'obsolescence du haut de ma Rossinante mécanique.
Mes 2 vénérables destriers pré obsolescence
Ces vélos Peugeot, made in France (dans le texte) ce sont vu arrêtés de fabrication à cause de la production bas de gamme made in China de la grande distribution (Auchan, Carrefour, Go Sport, Decathlon).

Mon Izoard dispose toujours de son infatiguable groupe RX100 de Shimano, par contre l'autre ayant fortuitement rencontré des gitans a vu ses étriers de freins remplacés par des étriers de freins bas de gammes.

Pourquoi je roule en cadre acier qui a dépassé sa date prévue d'usure pour le cadre ? (les aciers n'ont jamais été prévus pour rouler aussi longtemps; leur qualité physique se dégradant leur optimum de confort est prévu pour 12 ans).

Parce que je peux les acheter à pas cher et les réparer car tout le vélo a été pensé pour. Je fuis comme la peste les composantes dures à changer/réparer/régler et les cadres non pensés pour une réparation facile ou qui participent par leur mauvaise conception à dégrader le vélo comme les freins à tirages centraux (V-brakes) qui en plus d'être casse burne à régler exercent une pression excessive sur les jantes entraînant leurs déformations.

Pourquoi je vous raconte tout ça? Parce que je viens de comprendre le problème.

J'ai fait 60km en vélo parce que je ne trouvais pas mes étriers de freins sur internet (de manière satisfaisante) et j'ai du me bouffer Pontoise à Paris (en vélo évidemment). En passant par l'un des raidillons les plus costauds de la banlieue (le fort de Cormeilles). Bref, une VRAIE quête.
Vue depuis la Frette Montigny

Je ne trouve pas mes freins à la longévité extrême quand ils ne sont pas volés, parce que personne d'autres les achète. Et heureusement que Paris est rempli de coursiers car cela assure marginalement la survie de certains ateliers.

Et donc, je me suis retrouvé dans un magasin de vélo qui du fait de son placement dans Paris avait les murs qui suintaient de l'intelligence de ses acheteurs en plein milieu d'un quartier intellectuel.


J'ai passé une heure à attendre. En une heure, le commerçant a fait 12€ de bénéfices avec 10 clients et 1 employé à charge payé le SMIC horaire (soit 24€/hr).

Je lui ai rapporté 3€ avec ceci:
My precious

50% des clients venaient pour acheter. Tige de selle, et freins et autres pièces simples. 10 minutes étaient nécessaires pour savoir quelles pièces étant donné le flou des connaissances des clients sur leurs vélos.

50% des clients n'en étaient pas. Incapables de visser un écrou, de gonfler ou changer un pneu les clients faisaient juste perdre du temps au vendeur. En espérant une réparation gratuite qui si elle ne l'était vaudrait une remarque désagréable sur google synonyme de baisse de la clientèle.

Sur les clients qui achetaient, l'un reprenait son vélo de ville furieux que la réparation n'aient pas coûté 20€ mais 50€ car ses roues étaient voilées.

Non qu'elle fût musulmanes et marchaient de traviole du fait de la burqua sur leurs yeux, je le précise, mais bien parce que les rayons du fait de passage répétés sur des trottoirs en mode barbare les plient, et que rouler sur une roue voilée ne résulte que dans son voilage encore plus intégral comme un léger voile qui finit par devenir un niqab.

Le dévoilage de roue est au vélo ce que le décrottage de sabot est à l'équitation ; une activité qu'il faut faire régulièrement soit même pour assurer le bon entretien de son destrier. Geste simple si il n'est pas fait régulièrement, il s'aggrave entraînant la transformation d'une perte de 5 min de temps en temps à l'achat de la roue entière avec le coût de main d’œuvre.

Le passage des trottoirs nécessite un petit geste technique qui consiste à ralentir, faire sauter la roue avant sur le trottoir et l'enjamber avec gentillesse. On peut sans défourcher franchir jusqu'à 10 cm de dénivelé.

Je m'égare hagard et n'arrête guère de dégoiser.

Voilà, ça fait 33 ans que je roule en vélo. J'ai appris à les réparer un peu en regardant Mr Laurent (le vieux réparateur de quartier quand j'étais gosse) faire, et aussi en essayant moi même beaucoup. J'ai suis certes maître es science, mais mes cours de mécanique du point ne m'ont pas appris à devenir un pro du tournevis ou de la clé anglaise.

Les vélos de l'époque pré-obsolescence (aka pré-grande distribution) étaient simples.

Quand Auchan vendait ses vélos à 100Frs là où un peugeot valait 2000Frcs personne ne comprenait pourquoi même sans argent je refusais de les acheter: les filtages ne tenaient qu'une fois. Une visse dévissée était irréversiblement non revissable. Comme un meuble ikéa dont les mêmes clients sont si friands. Et c'est ainsi que les Peugeots sont morts; non de par une volonté délibérée de faire des vélos obsolètes, mais par le refus des clients d'acheter des vélos réparables. Pourquoi? Parce que ils pensaient que la réparation c'étaient pas leur problèmes, ils avaient les réparateurs comme Mr Laurent. Pourtant ses mêmes acheteurs aiment en «meeting» avec leur «managers» évoquer ce que les comptables appellent le coût total d'un produit, celui qui inclut l'achat ainsi que les coûts liés à sa maintenance sur sa durée d'utilisation prévisible. 

Mr Laurent a du faire face à une montée de vélo plus dur à réparer avec des clients irascibles refusant de payer le surcoût en temps dû à la qualité de erratique de leurs vélos.

Mr Laurent a fermé. Personne ne voulait acheter ses vélos trop chers et tout le monde finissait par préférer décathlon blindés de réparateurs au SMIC qui préféraient remplacer des pièces entières que de perdre du temps sur leurs vélos de merde.
Localement l'atelier réparation était en perte, mais globalement pour le magasin ça assurait l'image de marque de vélos fiables de réparateur aimables et compréhensifs et ça donnait confiance. Le premier actif d'une entreprise, c'est l'image que les gens s'en font. Decathlon faisait de la concurrence déloyale, mais un crime sans victime parce que les victimes sont heureuses de cette situation n'est pas un crime.

25 ans plus tard qu'est-ce qui a changé?

C'est la mode des fixies, tout le monde a et veut faire du vélo.

S'asseoir a une terrasse avec des néos athlètes urbains me fait sentir comme un étron au milieu de la moquette : que sais je de la chasse de mon guidon, de la supériorité du frein à disque sur le tirage central, du roulement fixe sur le libre, de l'impact sur l'inertie de 15g de pneus en plus?  De la supériorité du carbone sur les cadres manganèse ou titane.

Rien. Je roule toujours avec les mêmes vélos car j'ai convergé par plaisir et fainéantise vers des modèles de course pré 2000 dont j'aime la conception, l'assise, la maniabilité, la robustesse. 

Rien, j'y connais certes rien, mais je sais que je veux des Shimano à doubles pivots brevetés et non des pivots simples parce que sinon au fur et à mesure du temps ils se décentrent et frottent contre la jante. Mon savoir se limite à mon expérience. Je ne parle pas des vélos comme un livre.


La seule chose que je sais c'est que plus aucun réparateur ne sait mettre de fond de jante: c'est 90% de l'origine de mes 10 dernières crevaison. Un geste que j'ai vu Mr Laurent faire : c'est simple mais ça demande du soin et de la patience ainsi que des bandes taillées droites. Et le temps ... c'est de l'argent.

Je sais aussi que ces réparateurs à la petite semaine ne dureraient pas longtemps si et seulement si les clients au lieu de faire savoir qu'ils n'y connaissent rien se retroussaient leurs manches pour apprendre à faire avec leurs doigts tout fins d'intellos des tâches aussi simples que gonfler leurs pneus, changer la guidoline, gaines et cables, chaines...  Si ils le faisaient, ils comprendraient que le temps c'est de l'argent, et qu'autant par leurs choix de vélos chers et ineptes que par le temps non rémunérés qu'ils font perdre à des artisans sous payés du fait de leurs choix ils condamnent les réparateurs à crever la gueule ouverte sous leurs flots de récriminations injustes quand aux coûts des choses.

Notre éducation survalorise la mauvaise éducation, le mépris du savoir faire des métiers manuels aux profits du faire savoir des ingénieurs et commerciaux. Par exemple, si je voulais m'installer professionnellement, non seulement je devrais passer un examen validant que je connais non les gestes, mais les mots du métier, mais en plus il me faudrait acheter des murs, et payer pour m'enregistrer avec le bon code APE. Choses qu'étant fauché comme les blés du Vexin en ce moment je ne peux faire. Pourtant, je peux réparer mon vélo.

L'obsolescence est certes programmée, mais non par la production, mais par les choix des consommateurs qui entraînent que ma lutte contre l'obsolescence me pousse à faire 60km pour trouver des pièces à 20€.

Il n'y a pas de mal à ne pas savoir faire, mais confondre ses connaissances avec son savoir faire et imposer du fait du statut conféré à des artisans et producteurs des prix déraisonnables entraînent un marché où le plus filou gagne. L'obsolescence «programmée» n'est pas due uniquement aux vendeurs, mais essentiellement aux acheteurs dont la myopie intellectuelle derrière les lunettes roses de niveaux de diplômes élevés entraîne une mésestimation des coûts. Et l'argent c'est le nerf de la guerre contre les mauvais acteurs.