La morale pour la pauvreté

Je me dis toujours : c'est triste une société de droite qui n'est pas de droite.

Prenons le cas d'une année en prison, c'est hyper cher.

Si on a un marqueur de prédiction pour la prison dont le coût serait une fraction du coût de la prison, ne ferait-on pas des économies en investissant cette fraction en prévention, plutôt qu'en emprisonnement ?

C'est de la bête compta.

Et on a se marqueur : la pauvreté et l'isolement (pour les orphelins). À leur émancipation, ils sont laissés en pleine nature avec une aide insuffisante pour vivre. Et ils se retrouvent en prison. Leur aide est de 600€. Le coût à l'année de leur permettre de vivre tous dignement amorti le coût total de ceux qui vont aller en prison. Et on a des cas où par chance ils sortent de la pauvreté, et paf, pas de prison. Donc, il suffirait de ne pas les mettre en situation de pauvreté à leur émancipation.

Mais aucun des partis de droites n'agrée pour cela, ni de gauche. Parce que leur but n'est pas de gérer correctement comptablement la Nation, mais de garder le pouvoir. Et Moralement des pauvres qui peuvent profiter de la vie c'est choquant pour beaucoup. Les pauvres, c'est du shadenfreude politique.

Imaginez un fils de caissière (père absent) regardant un orphelin profiter de voyages, études, loisirs gratuits payés par l'état ? Pourquoi lui ?

Imaginez le fils de profs qui doit se payer ses voyages ? Pourquoi lui ?

Imaginez le fils de député qui envie cette idée de pouvoir être artiste payé par l'état. Pourquoi lui ?

Le problème d'éradiquer la pauvreté, c'est qu'il faut le faire sans perdre les élections.

Or, les partis divisent la Nation en catégories. La pauvreté ne peut pas être enrayée par une approche catégorielle de séries de nano-solutions. Il n'y a pas de micro catégorie de pauvre, il y a une large frange de la population qui subit directement et indirectement les effets de cette augmentation.

40 ans que la pauvreté augmente, 40 ans que les partis ne changent pas de méthodes et demandent la confiance du Peuple. Chacun dans la majorité s'appauvrit au regard de la génération précédente, et personne ne trouve ça cool.

Si vous arrivez pas à voir pourquoi les cartes de pauvreté en France et du vote RN se superposent, c'est que vous ne voyez pas la question auquel tous les français veulent une réponse : comment allez-vous enrayer la pauvreté pour de vrai ?


On ne peut parler de pauvreté sans parler de domination, rapport de force, pouvoir, représentation des plus démunis. La démographie sociale de la pauvreté si on compte les gens concernés par un proche : une moitié de la population : le plus grand parti de Francce. Comment se fait-il que cette majorité ne se voit pas représenter à l'assemblée ? Il y a de fait une domination sociale. Ce que les gens qui parlaient de gauche appelait la lutte des classes. Le truc que tous les partis de gauche ont enterré pour embrasser le succès politique.


Cela semble être le tabou ultime de tous les partis. Salement appelé : «populisme». Que le peuple veule le pouvoir pour pouvoir résorber par lui même la pauvreté est un concept démocratique. Qu'aucun parti ne songe à le proposer est révoltant. De quel droit une minorité de la couche sociale aisée s'empare-t'elle sous les vernis de façade de joutes politiques aussi creuse que leur culture, et reproche au peuple de vouloir ce pouvoir qu'ils ne savent pas utiliser efficacement.

Les partis actuels sont en faillite de crédibilité, ce qui rejaillit sur le système politique. Le devoir de réforme vient non de ceux qui protestent, mais des plus menacés, ceux qui ont le pouvoir. Le déficit de crédibilité d'un système politique incapable de voir ses propres erreurs se traduit par une banqueroute de légitimité.

Et quand les dés sont jetés, on ne sait rien du futur, sauf qu'il ne ressemblera pas au passé.

Pas besoin de boule de cristal, l'histoire est pleine de régime politiques tombés pour cette raison. Ignorer la réalité de l'augmentation de la pauvreté dans une population et ne pas lutter contre, ça se termine rarement bien pour les tenant du conservatisme politique.

La ballade de l'imposteur

T'imagines, tu rentres sur invitation spéciale à la fac de magie comme Harry Potter, mais en fait c'est pas cool.

Tu vois quand le proviseur y-t'as vu, il a dit : «t'as un talent».
T'as répondu : «je sais pas le quel.»

Et ensuite, T'as accumulé les échecs dans cette fac de magie.

Au début tu croyais qu'ils étaient religieux, ensuite aveugles, maintenant, idiots.

En fait ton seul talent, c'est de ne pas voir de magie, comme si chaque  de tes sorts déconstruisaient la magie et laissait les choses identiques.

Donc, vu les avantages que t'as, tu te sens con. T'es un vrai putain d'imposteur.

Un jour, ils t'ont dit c'est ton dernier jour.

Ils m'ont dit, lance ton sort.

J'ai fais «-_-' , adieu le baby gratuit et les soirées arrosées à tarif préférentiels ?»

Ils ont dit oui.

Je me suis donc assis, j'ai pensé à mon sort ultime, ai récité les formules qui transforment la magie en chose concrète et implémentable. Le truc qui dissipe la magie quoi.

J'ai vu mon monde se débarrasser de filtres inutiles, redevenir lui même dans son expression la plus simple : bref, rien n'avait changé tout était redevenu comme avant la fac de magie.

J'ai demandé, c'est ça la blague ?

Et mes profs m'ont tapé sur l'épaule en disant, c'est ton talent, qui nie le notre, et pourtant, c'est le sort que nous convoitons tous.

La malédiction est que ce sort que tu as, tu peux difficilement le partager. Pour toujours tu auras le sort qui tend à dissiper tous les sorts et de voir les rouages des choses et non leur buts supposés, et en même temps tu ne pourras pas le communiquer car les sorts ne sont pas attachés aux choses, mais aux esprits de celui qui lance les sorts.

Tu pourras réparer des choses compliquées parce qu'elles te paraissent simple, mais tu ne pourras jamais expliquer comment, parce qu'il est plus facile de réparer une mécanique qu'un esprit.


Et c'est ainsi que notre jeune héro vécu pleins de péripéties qui ferait passer Alice au Pays des merveilles pour une version enfant d'un trip sous hallucinogène.

Le colonialisme moderne

Les gens imaginent que le colonialisme c'était tout un pays heureux de mettre en esclavage et piller les ressources d'un pays étranger. En tout cas c'est la fable moderne qui est racontée qui à l'avantage de culpabiliser.

Mais, le colonialisme commence toujours pas la souffrance locale.

En France, que ce soit sous Louis XIV, Napoléon I ou II, Louis Philippe, François Ier ou la République pendant que l'état conquérait, le peuple souffrait.

Les peuples des colonisateurs ont autant soufferts que les colonisés : monter une expédition coûte une blinde, et cet argent est pris aux plus vulnérables, donc, les atrocités subies par les colonisés sont à l'aune de celles subies par les métropolitains.

Vous me direz, pas tous.

Et c'est là où pour comprendre Macron et son gouvernement colonial, il faut comprendre ce qu'est le colonialisme.

Pour ça on a les discours de nos grands défenseurs du colonialisme, papes, rois, et aussi sous la République des gens comme Jaurès et Ferry. Qui défendent la mission civilisatrice, plaçant quelques élites en supériorité sur des masses ouvertement étrangères sur fond de racisme.

Et on ne peut avoir de colonialisme sans racisme : il suffit d'imaginer une supériorité.

Et c'est Clémenceau qui exprime le mieux ce qu'est le colonialisme radicalement : la primauté de la Force sur le Droit.

Le colonialisme commence par un pouvoir détenu par la Force. Et sa seule justification ne peut être rationnelle, elle doit donc construire son discours.

Mais bon, comment des gens raisonnables arrivent-ils à penser qu'il est normal de se faire dominer ?

Pour ça il y a 4 mamelles : la culpabilisation, la peur, le doute et l'endoctrinement.

L'endoctrinement c'est l'art de vous dire ce qu'il faut penser.

Comme Goebbels disait pour une bonne propagande il faut 90% de vérité. L'art du colonialisme c'est de faire décréter la vérité par des autorités. Académie, Agences, journaux, experts ...

La plupart des gens imaginent que le racisme se limitent à la couleur de peau. C'est faux.

Le racisme se limite à la croyance dans la supériorité (ou l'infériorité) d'une catégorie lié à un traît d'autant plus fort qu'il est hérité. Et l'endoctrinement est quotidien.

Les amateurs d'animaux de races (chiens, chevaux, chats...) sont des racistes, qui créent des animaux dégénérés, certes, mais qu'ils croient supérieurs. Nul étonnement que la reine Victoria qui a lancé la mode et la dynastie Windsor/Gotha qui l'a continuée soient des exemples de colonialistes.

Zola, Flaubert & co avec leur hérédité naturaliste où les pauvres sont destinés à être pauvres de part les vices de leurs parents sont aussi des racistes. Cette fois, la race passe du domaine de la biologie à celle de la caste sociale.


On rejoint au final l'idéal de la République de Platon du racisme fondateur de la force : la plupart est née faible car mauvaise, la force s'auto-justifie par une élite que l'on appelle les sages qui ont besoin d'être protéger d'une masse envieuse de leur réussite. Mais pour l'intérêt de tous, il faut confier le pouvoir aux sages que l'on reconnaît de par leur réussite.Le mythe du self made man de la silicon valley est vieux.

Le racisme de Platon est celui de la primauté des intellos et des riches sur la plèbe

Mais bon, évidemment qu'ils ont raison. Leur logique se mord la queue. Prenez un fils de pauvre qui mange pas à sa faim, un fils de riche gras double qui fait le double du poids, mettez les sur un ring ... le lourd l'emporte sur le léger presque tout le temps. Et rendez la richesse héréditaire ... évidemment que vous allez créer une race de gagnant.

Vous pouvez étendre ça au raisonnement de pas mal de bigots de toutes les religions sans distinctions ; derrière la religion se cache la croyance que conformer sa famille à des vertus les rend plus forts de générations en générations. La religion est une forme de racisme. Les racistes puissants ne se détestent pas. Au contraire, l'union fait la force. Il n'est pas étonnant de voir des intellos laïcards, des bigots de tous bords, s'unir dans la cause sacrée de défendre la République.

C'est ça le colonialisme et le racisme moderne : faire croire à la populace que le hasard héréditaire est un mérite, leur laisser l'occasion de se mesurer aux élites héréditaires dans des combats truqués dont les rares réussites gênantes sont promues (achetées) comme les nouveaux symboles de la capacité du systèmes à se renouveler. Mais bon, artistes, journalistes, universitaires, politiques, capitaines d'industries, religieux ... restent des bons fils de.... ou parfois un Christophe Rocancourt ou un Benalla.

Dans un système colonial, seuls les tricheurs et les fils de putes s'en sortent.

Yes, conspiracies exist thanks to experts

I do hate conspiracy theories, and as much the persons blindly denying them.

Conspiracies are a fact.

#Dieselgate is a blatant example of automakers conspiring to cheat on the pollution figures. You also have the #Libor scandal, or the #mafia having a hold on mozarella di buffalone provisioning, #cartel of price on construction works..

I would say the biggest conspiracy theory is the Capital from Karl Max : it states all wealthy people are making sure to make the maximum benefits using their money to influence those in power whatever their true merits are. I cannot scientifically believe that a CEO worth 1000 times more than a blue collar ; all scientific studies on the topic of how much a boss impact the benefits of a company is "pretty much positive ~3% (at most) unless he or she is an heir of the family of the founder".

I think it is a pretty acurate analysis of the modern world : randomness seems to do better than all crappy theory of determinism based on birth.

Of course, because I am a complex person, I believe most conspiracy theories are plain crap.

I am a pro vaccine, because I know how to make them, take a microscope and actually prove they work.

Most anti-accepted theories are often right a tad, and often wrong. Not because they are stupid, but because the world is stupid.

One of my favourite example is diets. Every 10 years diets do and don't contradict each others. It was said milk was good, now it is bad ? Sugar was good now, it is still good, even though it is clearly bad. What is the common point between theories that are rejected ? They come from authority. Having been a scientist myself, I know how hard it is to be sure of something. But some authorities come and tell you what to think without giving you the means to check by yourself easily (GIEC on global warming is for me a dazzling example of something that can be proven with simple facts experts are unable to say clearly, GIEC is a bunch of assholes ruining a right cause by using poor arguments).

So what are conspiracies ? For instance : vaccines are good, you should take them (and I agrees), or free trade is good, you should accept it (and I disagree). The huge difference between those two assertions is I can check one (vaccine) by using simple science, while the other one contradicts my knowledge and factual observations. Conspiracies are at my opinion a defiance towards authorities.

NO AUTHORITIES trust you to be smart enough to understand and none of them tell you HOW TO CHECK. To be honest it is a long and tedious process. But not something impossible to anyone with a little motivation. Conspiracy theories are but a symptom of a legitimate defiance towards experts.

Conspiracies exist. Most of them that are publicized do not. Most intellectual are right most of the time debunking them over the time. But they are 100% wrong appealing to their authority to try to force their message to a population that is growingly more educated. Self proclaimed experts are wrong 100% of the time pretending authority of expertise suffice to assert a point of view.

A point of view has to be argued better in front of the population than in front of a community of experts. Facts that can be checked MUST be brought to light. Modern citizens are not kids, they are a tad of experts themselves and should not be treated in a condescending way. They should be treated like peers. Else, conspiracy theories will grow.

Non commutativité et signification en probabilité

J'aime pas les actuaires (ceux qui font les calculs de risques pour les assurances).

La chose qui m'a toujours dérangé, c'est leur utilisation de l'algèbre linéaire. Algèbre que par ailleurs j'adore.

En algèbre linéaire tout est simple. a x b = b x a

En mécanique quantique, c'est pas toujours le cas.

Prenons un exemple simple : je tiens une orange et lui fait faire un tiers de tour par son diamètre verticale que je tiens, et un tiers de tour par un axe perpendiculaire fixe. Et bien si je fais dans l'ordre inverse, je ne suis pas au même endroit. C'est la base de la mécanique quantique et de la théorie des groupes.

Et c'est pour ça que tout le monde déteste la mécanique quantique.

Appliquons ça à un cas simple : la probabilité de réussir en entreprise comme cadre sup étant une femme dans deux cas : femme devenue riche vs née riche.

Une personne née dans un milieu riche de sexe féminin a-t'elle les mêmes probabilités de réussite qu'une personne devenue riche de sexe féminin ?
Autrement dit : P(F,R) ?= P(R,F)

Ou autrement noté [R,F] est il nul (on note commutateur l'opérateur tel que [A,B] = AxB - BxA)

La réponse est non. Donc la discrimination sur la richesse d'origine et le sexe sont liées. Donc soit les femmes ont des problèmes avec la richesse, soit les riches on des problèmes avec les femmes. Les deux peuvent être vrais simultanément, mais il est rare que ce soit d'égale amplitude (coincidence).


Que nous apprend la mécanique quantique ? Que si deux observables ne commutent pas ils ne forment pas une base indépendante explicative. Ils sont couplés.

Imaginons que je fasse des clusters avec de l'Intelligence Artificielle (comme on dit), je vais me retrouver avec une matrice à N dimensions qui suit les bases de l'algèbre linéaire. Mais n'appliquant pas l'analyse par commutation des dimensions pour mesurer leurs couplages je vais probablement confondre des corrélations et des causations.
Ex: les milieux industriels catholiques sont traditionnellement femmes averses : c'est l'effet de la loi salique sur les héritages héritée du judéo-christianisme. Toutes les femmes ne sont pas discriminées, mais elles sont sûrement plus discriminées que dans d'autres cultures pour l'accession au patrimoine.

Donc on va avoir pour un vecteur d'état |F> FxR est supérieur à RxF (en supposant qu'on fait la mesure dans un pays de culture catholique). Il y a une succession plus probable. Et le temps étant l'accident des accidents, une chronologie (donc dans ce cas une corrélation lié à une causation)


Comment distinguer coincidence de causation ? Et bien, c'est simple, t'as encore suffisamment de dimension probablement couplées pour pouvoir vérifier. Ex : mesure de [Handicapé, Riche] ou [Femme, Handicap].... Une dimension peut même être constituée dans un référentiel de base quantique comme une opération de dimension distincte selon les observateurs initiaux (c'est ce qu'on appelle préparer un état). Ex : la discrimination selon le sexe si elle variait selon le code postale, et influençait la richesse obligerait à prendre comme base une mesure de "richesse au lieu X", reflêtant probablement des différences des cultures initiales (ex Toulouse vs Paris). Les dimensions que l'on obtient en tentant de réduire les dimensions peuvent ne pas correspondre à quelque chose que l'on sait mesurer a-priori, mais que le travail théorique mettra en évidence et aboutira à la création de nouvelles mesures, car on a découvert "une dimension cachée" composite de 2 dimensions.






L'analyse des commutativités est un outil fort pour déterminer si deux facteurs sont indépendants, donc la réduction des degrés de symmétries. Fort, certes, mais pas absolu. On est jamais à l'abri d'une coincidence, ou d'un couplage silencieux)

Vous allez me dire, comment en mécanique quantique avec de l'algèbre linéaire, les gens font pour théoriser cela ?

Si j'ai le temps, je vous parlerais des développement selon les puissances de lambda, connu en math et en informatique sous le terme : ycombinator. Ce qui est rageant, c'est qu'en info c'est synonyme de récursion alors qu'en mécanique quantique ce n'est pas le cas : dans la vraie vie on ne fait jamais un nombre de mesures illimitées (chaque termes constant dans une équations DOIT être mesurable). Donc, on encadre et valide la non divergence à l'infini de nos termes.

Pour en revenir aux actuaires, je leur ferais confiance le jour où ils arrêteront de nier l'évidence : ils utilisent les mauvaises mathématiques pour leur problèmes.


Pour en revenir aux informaticiens, leur IA je me torche avec. Leurs matrices sont effectivement utilisables si on néglige les coûts à la fausse alarme, fausse détection.  Seuls les psychopahtes trouvent ok de tuer une personne pour en sauver 300 en se posant même pas la question de savoir si c'est évitable. Pour eux cela sera toujours un progrès. Mais il y a une fainéantise intellectuelle qui a mon avis n'est pas acceptable.

De par le nombre de dimension que l'informatique permet d'évaluer qui est démesurée, une fainéantise crasse s'est installée chez les utilisateurs.

Expliquer un phénomème avec 1000 dimensions là où seulement 10 suffiraient est à mon avis ridicule. Surtout dans des séries temporelles où des effets de retard réinjectent une dimension tantôt dans une dimension tantôt dans une autre. Ce que l'IA apporte c'est un oracle comme la pythie de Delphes qui n'a de valeur prédictive tant que le développeur sait ce qu'il doit trouver. Le jour où l'on laissera ces outils à des idiots (ce qui est déjà le cas), l'oracle risque de devenir une religion sans fondement scientifique avec non une compréhension de leur efficacité, mais une volonté de croyance dans leur efficacité qui va renforcer des préjudices cachés.

Ce qui me fait chier en informatique, c'est de devoir fréquenter des gens pédants qui assez souvent sont restés dans la science du XIIIé siècle et dont au final l'attitude est assez proche des anti-vaxxers, flat-earthers et creationistes.

#Parcoursup gnagnanana

J'aime le français, sa langue, sa culture et ses philosophes comme Finkielkraut.

Je vais donc, copieusement insulter les étudiants (tout en faisant d'énormes fautes de français, d'orthographes et autres horreurs).

Pourquoi ? Parce que j'aime personne, que je suis aigri, et que j'ai 15 minutes de temps de cerveau à leur accorder, n'ayant pas la TV.

Ce sont des cons, des idiots, et des crétins finis.

Ça c'est du plan en 3 parties thèse anti-thèse synthèse.

Commençons par le trivia : l'homme éduqué qui crève de faim a un savoir pas très utile.


Le diplôme c'est comme un médicament (non homéopathique) ça a un rapport bénéfice coût. Ça peut te tuer, mais ça en vaut la peine.

Comment le diplôme peut-il te tuer ? Socialement simplement : plus tu t'intègres tard dans la société, plus tu loupes du temps de cumul d'avantages temporels : épargne, réseau de relations, ancienneté ... Coût alourdi par l'emprunt soit direct (en son nom) ou familial implicite ou en épargne familial pour payer le coût de la formation (~+3 ans).

Autrement dit un étudiant prêt à négocier un prêt pour 3 ans de manque à gagner, plus 3 ans de revenus et qui est légalement responsable de ses actes je vais pas être sympa avec lui.

Si tu critiques la sélection dans l'enseignement supếrieur, c'est que tu t'es renseigné sur ton futur, car là on parle d'hypothéquer ton futur.

Si t'es riches, tu t'en fous, et c'est normal. Mais la majorité de la population étudiante est pas franchement riche, mais elle gueule franchement.

Comme si pour eux le bénéfice interiorisé d'un système inégalitaire était supérieur à 6 ans de revenus. Ils trouvent un système de sélection sur l'argent okay.

  1. l'argent s'en fout du talent : si système sélectionne trop sur l'argent il va louper les gens talentueux, et ça va finir par se voir (signant l'arrêt de mort de la plus value du diplôme à ... long terme) ;
  2. si vous avez intégré 1) que vous savez faire une règle de 3 alors 6 ans ça fait beaucoup, hein? Bref, vous voulez être en haut de la pyramide d'un système à inégalité croissante.
En bref, pour moi l'étudiant est soit con (pro sélection), soit idiot (voit 1) ) soit un crétin (il accepte 2)

Ensuite si l'étudiant qui s'amuse à engager son épargne futur de 6 ans sans suffisamment d'informations ne m'énervait pas suffisamment, c'est qu'il se prétend plus adulte que les anciens car eux ne feraient pas les mêmes erreurs.


Mais bandes de petits cons, on a été cons avant vous, on a fait exactement ce pari qui marchait bien à notre âge. Mais pour vous c'est cramé.

La faute à pas de chance, et puis à des vieux cons comme moi qui ont pensé comme vous en votre temps.

J'ai participé à construire cette société de plus en plus inégalitaire en espérant tirer mon épingle du jeu. Et j'ai eu raison de parier sur cette tendance pendant un temps. Puis on a des expériences, et des cas de conscience (la faute à pas de chance), puis on y arrive plus, on arrive plus à se regarder dans un miroir. La vérité c'est que la compétition à être le plus rascal s'amplifie, et que j'ai pas eu la niak à être plus requin.

Maintenant que je commence à perdre, ça me fait chier, et je suis mauvais joueur. Donc à vous les futurs mauvais joueurs, je me fais le plaisir de vous tirer le tapis de sous les pieds.

L'enseignement supérieur que vous souhaitez est hyper discriminatoire de base (depuis la naissance), et non tout le monde ne peut être accepté dans le blanc seing du système élitiste que vous désirez. Ensuite il est inefficient en terme de création tant de savoir que d'éducation que de richesse. L'enseignement est devenu un temple de la liturgie du savoir. Le savoir semblant la seule chose absente de ses rituels.


M'enfin, le savoir existe pour les audacieux qui n'ont pas peur de faire l'école buisonnière, je crois que pour les années prochaines une bonne récolte de mauvaises herbes dont certaines talentueuses se profile. Ils vont pas aimer, comme des chats qu'on arrose, mais ça pourrait leur faire du bien (niark, niark, niark)

Never give your reference until law is fixed

This story happened to me, more than once.

"Hey, jul you know Biip from society Biiiip ?
they just called me to trying to sell me some stuffs on your behalf"

And who were these commercial as sticky as Yehova's witness ?

The HR specialist from famous HR cabinet. Who just extorted the sesame of my candidature for a prestigious company: my "references"

HR who on the other side never gave me any news neither of advancement or rejections concerning the advancement of my resume in their process afterwards.

Then I understood, some commercials are assholes.

They take advantage of vulnerable and gullible jobless employees to extract them data by social engineering.

If you are a HR consultant then you deal resumes, and preferably the one with whom you have a long term relationship.

Hence, it is totally ok to deceive thousands of jobless developers in giving the position and coordinate of manager having the signature to fire you, since they also have the signature to hire their own portfolio.

So some commercial are assholes, should we burn the other one ?

Yes, since nothing in the law prevent these behaviours that are parasitic, unethical and closing doors for the candidate to their former colleagues that are now spammed by thse fucking commercials.

Since nothing can prevent this cancer, even if there are still a lot of sane HR cabinet asking for references, the best way to prevent the cancer from developing is to starve it until law can help sue them.